Anju et Pascal Chazot ont réussi en 20 ans à créer et animer une école dont tous les enfants rêvent: La Mahatma Gandhi International School. Cette école se situe à Ahmedabad dans l’état du Gujarat au nord ouest de l’Inde. Pour être synthétique, cette école et sa méthode pédagogique se situent aux antipodes,  de ce que dénonçait déjà Adolphe Ferrière il y a 100 ans :


« Et sur les indications du diable, on créa l’école. L’enfant aime la nature : on le parqua dans des salles closes. L’enfant aime voir son activité servir à quelque chose : on fit en sorte qu’elle n’eût aucun but. Il aime bouger : on l’obligea à se tenir immobile. Il aime manier des objets : on le mit en contact avec des idées. Il aime se servir de ses mains : on ne mit en jeu que son cerveau. Il aime parler : on le contraignit au silence. Il voudrait raisonner : on le fit mémoriser. Il voudrait chercher la science : on la lui servit toute faite. Il voudrait s’enthousiasmer : on inventa les punitions. Alors les enfants apprirent ce qu’ils n’auraient jamais appris sans cela. Ils surent dissimuler, ils surent tricher, ils surent mentir. » Déclaration d’Adolphe Ferrière, cofondateur en 1921 de la Ligue internationale de l’éducation nouvelle.


Mais le mieux c’est encore d’écouter les principaux intéressés témoigner. Ils le font d’une façon très touchante dans cette vidéo réalisée par Jacques Desplat. Prenez le temps de la regarder en entier.

J’ai la chance d’avoir rencontré Anju et Pascal à Paris fin 2017 puis lors d’un séjour en début d’année 2018 à Amhedabad avant de contribuer à organiser leur première et deuxième tournée en Europe. Cette dernière passera par :
– Mulhouse le 19 septembre
– Clichy le 6  octobre
– Moscou les 9 et 10 octobre
– Brive le 17 octobre
– Genève les 19, 20 et 21 octobre

Si vous souhaitez en savoir plus, monter une école qui s’inspire de leur expérience regardez cette interview :

Pour finir, et ce n’est pas négligeable, l’école est à l’origine de la loi sur l’éducation en Inde.

Like
Écrit par
Marc Tirel
Voir tous les articles
Laisser une réponse

Écrit par Marc Tirel